Grand vainqueur de l’édition de l’an passé, Bruno s’est classé troisième de la course exhibition du DTM, disputé hors championnat, dans l’enceinte du stade olympique de Münich.

Bruno avait mis le feu au stade de Münich l’an passé. Après avoir éliminé ses adversaires un à un dans cet événement hors championnat de type duel à élimination directe, le Québécois, alors au volant d’une Mercedes Classe C, avait ensuite remporté la grande finale face à l’Audi d’Edoardo Mortara. Cette année, il rêvait de récidiver pour son nouvel employeur BMW, dont le siège se situe à quelques kilomètres du stade.

La course de Münich introduisait cette année une nouveauté le premier jour, avec une compétition par équipe de deux. Associé à son équipier Augusto Farfus, le parcours de Bruno Spengler allait prendre fin dès les quarts de finale. Farfus ayant pris le départ, ce dernier devait passer le relais à Spengler au bout de trois tours mais, en raison d’un problème de communication, le Brésilien ratait la voie des stands : le duo était disqualifié !

Le couteau entre les dents, Bruno était bien décidé à prendre sa revanche le lendemain. Après un beau parcours lors des premières phases, il s’impose en huitièmes, puis en quarts de finale avant d’être opposé au Britannique Jamie Green (Mercedes) en demi. Le pilote Mercedes prenait l’avantage dans les premiers tours (sur cinq à disputer), mais calait en repartant après son changement de pneus réglementaire. Bruno prenait la tête, mais tirait légèrement tout droit à l’amorce du dernier tour : la Mercedes reprenait l’avantage, et se qualifiait pour la finale. Une petite déception pour le pilote canadien, qui a tout de même offert une belle prestation au public venu nombreux cette fois encore. Le pilote BMW peut se consoler avec la troisième place de l’épreuve,qu’il décroche ex aequo avec Gary Paffett (Mercedes).

« C’est sûr, j’aurais aimé porter haut les couleurs de BMW. L’équipe évoluait à domicile ici, cela aurait été une grande fierté de l’emporter mais la réussite n’était pas là en demi-finale. Il avait plu auparavant, et j’étais placé du côté de la piste qui séchait le moins bien, ce qui a permis à Green de prendre l’avantage au début. Puis il a calé en repartant des stands, mais j’ai à mon tour commis une petite erreur en essayant d’aller chercher des dixièmes. Je suis un peu déçu, mais j’ai quand même fait un bon parcours le dimanche. Et puis, j’adore ce genre de show… »