Bruno a terminé cinquième de la course du Norisring, 5e manche du championnat DTM, perturbée par les neutralisations de course, devant plus de 126 000 spectateurs.

Le pilote canadien avait marqué son territoire lors de la journée du samedi. Lui qui s’est imposé à trois reprises sur le Norisring, et qui n’y a jamais lâché le podium depuis 2006, s’était déjà mis en avant lors des essais libres du matin, où il avait signé le meilleur temps, avant de rater la pole position de peu lors des qualifications.

De sa deuxième place sur la grille, le pilote BMW prend un bon envol, et se cale dans le sillage du poleman Robert Wickens (Mercedes). Après une première neutralisation dès le premier tour pour dégager l’Audi de Timo Scheider stoppée au milieu de la piste, la course est relancée, mais pas pour longtemps : au 12e des 82 tours prévus, un accrochage entre Martin Tomczyk (BMW) et Jamie Green (Audi) provoque une nouvelle intervention de la voiture de sécurité.

L’ensemble des pilotes se précipitent dans la voie des puits pour leur changement de pneus : Bruno manque de peu de repartir devant Wickens, mais il perd finalement une place au profit de Edoardo Mortara (Audi) qui devance les deux hommes.

Le peloton est à nouveau relâché au 20e tour, ce dont profite Mattias Ekström (Audi), chaussé de pneus tendres, pour forcer le passage et s’emparer de la troisième place devant Bruno, qui évolue lui en pneus standard.

Alors que plusieurs pilotes partis du fond de la grille ont pris le risque d’observer dès le début de course leurs deux arrêts, Bruno stoppe à son tour au 52e tour pour monter à son tour son train de pneus tendres, chute dans le classement, et se stabilise au 9e rang lorsque tous les pilotes ont observé leurs deux changements de gommes.

Le Québécois dépassera la Mercedes de Roberto Mehri en vue de l’arrivée, puis gagnera deux positions supplémentaires après l’accrochage entre Gary Paffett (Mercedes) et Edoardo Mortara (Audi). Il héritera enfin de la 5e place après la disqualification de Mattias Ekström.

Au championnat, Bruno occupe désormais le deuxième rang, avec deux petits points de retard sur Mike Rockenfeller (Audi), quatrième sur le Norisring.

« C’était une course très compliquée pour nous. Les deux neutralisations derrière la voiture de sécurité ont tout chamboulé, et sont à chaque fois apparues au mauvais moment pour nous. Notre deuxième arrêt ne s’est pas forcément effectué au meilleur moment, et nous avons perdu plusieurs positions dans l’aventure. D’autres pilotes, qui n’avaient rien à perdre, avaient fait le pari d’effectuer leurs deux arrêts très tôt. Dans notre position, c’était plus difficile de prendre ce risque ».

« C’est dommage, car la performance de la voiture était là. Peut-être pas pour aller chercher la victoire, mais au moins pour accrocher une place sur le podium. Il faut rendre hommage à l’équipe qui a travaillé dur pour améliorer la voiture de façon conséquente depuis la dernière course sur le Lausitzring, mais cela n’a pas forcément payé en terme de résultat malheureusement ».

« Je suis assez déçu, d’autant que le Norisring est mon circuit favori et que j’aurais aimé conclure au moins sur le podium, mais c’est comme ça… Je perds la première place du classement, mais je ne me focalise pas sur le championnat aujourd’hui. Je prends les courses les unes après les autres, en donnant le meilleur lors de chaque séance d’essai et la course, et on fera les comptes après… »