Percuté par l’Audi de Miguel Molina en début de course, Bruno a traîné une voiture endommagée durant toute la course à Moscou, 6e manche du championnat DTM, qu’il a conclu à une très lointaine 19e place.

La course de Moscou restera un bien piteux souvenir pour Bruno. Après deux courses difficiles sur le Lausitzring (7e) puis au Norisring (5e), le champion en titre, qui pointait au deuxième rang du classement à seulement deux points du leader Mike Rockenfeller (Audi) espérait bien rebondir en terres russes.

De fait, le pilote de la BMW n°1 se montrait lors des essais libres, puis en qualifications, où il se hissait en Q4, le dernier tronçon de la séance qualificative qui regroupe les quatre pilotes les plus rapides pour disputer la pole position sur un seul tour lancé. Mais, à la suite d’un incident rocambolesque, la Q4 était purement annulé, les positions demeurant figées à l’issue de Q3. En cause… l’avion du président russe Vladimir Poutine, annoncé dans le périmètre du circuit, et qui occasionnait un blocage de l’espace aérien, empêchant l’hélicoptère médical du circuit de décoller en cas de besoin, ce qui contraignait les organisateurs à stopper les débats. Le pilote canadien s’élancerait ainsi de la quatrième place sur la grille.

Alors que ses principaux concurrents – dont Rockenfeller, auteur de la pole position -, choisissaient de s’élancer en pneus tendres, Bruno et son équipe faisaient au contraire le choix de partir en pneus durs. Incapable de résister aux assauts de ses poursuivants, le Québécois chutait rapidement au 8e rang en quelques tours.

Son résultat allait être scellé dès le troisième tour, lorsque Miguel Molina (Audi) lançait une attaque plus qu’optimiste au premier freinage. L’Audi heurtait durement la BMW, qui partait en tête-à-queue, mais reprenait la piste. La voiture était cependant endommagée dans l’incident, et Bruno allait se traîner dans les tréfonds du classement jusqu’à l’arrivée, jamais en mesure de remonter les places perdues. Il terminait à une anonyme 19e place.

 « C’est évidemment décevant. Déjà, les qualifications étaient un peu frustrantes car nous pensions jouer la pole, avant que la séance ne soit interrompue pour une raison plutôt, inattendue. Ensuite, nous avons choisi de partir en pneus durs, mais les réglages n’étaient pas optimums et je manquais d’adhérence, ce qui m’empêchait de défendre ma place. Puis Molina m’a percuté assez violemment, ce qui a endommagé ma voiture, la rendant moins performante ensuite… J’ai essayé de sauver des points, mais c’était impossible dans ces conditions. Nous allons nous remettre au travail pour être de retour au top sur le Nürburgring ».