Après un solide week-end sur le Nürburgring, Bruno Spengler, comme l’ensemble de l’équipe BMW, a connu deux courses difficiles sur le circuit du Hungaroring, à l’occasion de l’avant-dernière étape du championnat DTM.

Le pilote québécois restait sur une belle prestation dans l’Eifel, où il s’était régulièrement battu dans le top 5, s’étant également qualifié à la troisième place pour la course 2 avant de pointer momentanément en 2e position.

Mais la course du Hungaroring allait redistribuer les cartes et bousculer la hiérarchie, en raison d’une piste totalement resurfacée il y a quelques mois, et qui privait de repères les équipes du DTM, deux ans après la dernière venue du championnat sur ce circuit.

Dans ce nouveau contexte, les BMW peinaient à tirer leur épingle du jeu, et Bruno Spengler ne pouvait faire mieux que la 21e place en qualifications, avant de se classer 15e de la course 1. Le lendemain, le Canadien signait le 19e chrono des qualifications, avant de terminer 14e de la seconde manche.

« Notre problème était les qualifications, que ce soit le samedi ou le dimanche », commentait Spengler. « Nous n’avons pas réussi à régler le problème et à devenir plus rapides dans les séances. Nous n’avons donc eu aucune chance en course. Maintenant, nous devons signer un bon résultat à Hockenheim pour prendre les points décisifs pour le championnat constructeur ».